L’Islande : Terre de feu, d’eau et de glace.

Contraste est définitivement le mot qui représente le mieux l’Islande. Que ce soit pour ses 130 volcans toujours actifs, ses fabuleuses chûtes aux eaux turquoises ou encore pour ses paysages de glaciers à faire rêver, elle sait nous captiver à tous coups! Chaque détour sur la route offre une vue unique et différente de celle qui précède. Un territoire naturel et sauvage tellement vaste et vierge que l’on se croit constamment seul au monde, sur une autre planète. Malgré les nombreuses éruptions volcaniques, on part à la rencontre d’un peuple travaillant et positif qui a su se retrousser les manches et s’entraider bien des fois pour se reconstruire.

Randonnée à dos de cheval Islandais (16)Quant à elle, la flore essaie tant bien que mal de reprendre l’espace qui lui est dû et repousse à travers toute cette terre noire de lave figée recouvrant le sol. Saisissant à voir à chaque fois! La faune constitue également à elle seule un autre des trésors du pays. Bien que ce paysage nous semble désertique, la diversité de la faune est bien présente. L’abondance des chevaux islandais, des chèvres, des baleines, des phoques, des macareux moines et de bien d’autres espèces d’oiseaux nous permet d’avoir la chance de les observer de très près.

Dans un autre ordre d’idées, j’ai adoré en apprendre davantage sur tout ce qui entoure le folklore islandais. Quel plaisir de s’abandonner dans leur imaginaire et de découvrir les elfes, ces personnages légendaires bien enracinés encore aujourd’hui dans les croyances de cette population. Sans oublier les Sagas des Vikings, ces histoires reliées aux grands colonisateurs de l’île. Un autre de leurs divertissements préférés et faisant partie intégrante du quotidien de cette belle culture est bien sûr les bains chauds naturels, un autre aspect à ne pas manquer (http://hotpoticeland.com/) !

Lors de votre éventuel passage au Pays du Beau, «Niceland», n’oubliez surtout pas d’aller

explorer les Parcs Nationaux et le Nord de l’île, des endroits qui en valent le détour pour leurs panoramas à couper le souffle! Puis, il y a également la capitale, Reykjavik, où le talent artistique prédomine avec le Street Art qui est bien présent partout. On retrouve ici un peuple ayant clairement besoin de conserver sa liberté et son indépendance et qui aime avoir le choix. Mais on y retrouve aussi des gens festifs et aimant bien lever le verre lors des fins de semaines animées de la ville. Les petits villages, quant à eux, sont tout aussi charmants et agréables à visiter. La grande majorité étant portuaire, car établis autour de la route 1, la seule et unique route pavée du pays.

Enfin, après avoir pu constater par moi-même toutes les splendeurs de cette île, je peux définitivement dire que l’Islande se retrouve au sommet de mon «Top 3» sur ma liste de destinations favorites!

Mes «must» :

Reykjavik et les environs:

  • Se balader sur les deux artères principales : les rues Laugavegur et Skolavordustigur.
  • Goûter l’alcool local, le Brennivin et certaines spécialités culinaires comme le requin, le poisson séché ou le jambon d’agneau fumé.
  • Monter en haut du clocher de l’église Hallgrimskirkja vous donnera une belle vue sur la capitale.
  • Visiter le port et aller voir le bâtiment Harpa pour son architecture particulière, ainsi que la sculpture du Drakkar, emblème de la ville.
  • Aller visiter le Musée du Phallus, petit mais vraiment amusant!
  • Faire une randonnée dans les champs de lave à dos de cheval islandais, ils sont si beaux! La compagnie que j’ai choisie : http://ishestar.is/en/home/ et l’excursion : Lava Tour. Possibilité de faire du trot et du galop! 😉

Le Cercle d’Or :

  • Au Parc National de Thingvellir, aller voir l’Almannagja, la séparation des plaques tectoniques de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Ensuite, faire la petite randonnée pour se rendre jusqu’à l’Alping, le site du premier parlement du monde et enfin un peu plus loin, rendez-vous jusqu’à l’Oxararfoss, une jolie petite chute d’eau.
  • Aller voir les fumeroles bouillonnantes et le Geysir Strokkur faire éruption!
  • Dernier arrêt de cette boucle, la chute Gullfoss, une chute de faille magnifique!

Péninsule de l’Ouest : Mont Kirkjufell (6)

  • Apprécier les jolies vues tout au long de la route, les paysages sont incroyables dans ce secteur!
  • Aller voir le Mont Kirkjufell, le plus photographié de l’Islande et si particulier avec sa forme conique.

Au Nord :

  • Aller voir le rocher Hvitserkur érodé et isolé dans la mer. La légende raconte qu’il s’agirait d’un ancien troll à trois jambes transformé en pierre par le lever du soleil.
  • Arrêt au village côtier d’Akureyri avec ses petites boutiques, son église et ses nombreux musées. Il s’agit également du lieu de départ de plusieurs excursions aux baleines.
  • Malgré ses nombreux petits moucherons agaçants, le Lac de Myvatn nous a offert des paysages très diversifiés. Que ce soit pour aller voir les pseudos cratères de Skutustadagigar, pour faire l’ascension du volcan Hverfjall, pour faire une randonnée autour des spectaculaires formations de lave de Dimmuborgir, pour observer la fissure de «Grjotagja», pour aller marcher autour des mares de boue puantes en ébullition de Hverir, pour monter au sommet du cratère de l’ancien volcan Viti rempli d’eau turquoise ou encore pour aller se relaxer dans les bains chauds naturels, cet endroit regorge d’activités à faire. Il s’agit donc d’un arrêt obligé! 😉
  • Aller admirer les mignonnes cascades de Selfoss et la puissante chute Dettifoss.
  • Soyez à l’affût des aurores boréales la nuit venue! Par ciel dégagé, c’est la place parfaite pour avoir la chance d’en apercevoir!

À l’Est :

  • Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de m’y attarder, mais le petit village d’Egilsstadir propose diverses randonnées pédestres dans les alentours donnant sur de superbes pointsHofn (40) de vue. Un autre endroit où la nature est reine. De plus, le fleuve Lagarfljot hébergerait d’ailleurs un monstre, le cousin du Loch Ness!
  • Le petit village de Hofn et son joli port est un passage obligé pour toute personne désirant se rendre aux glaciers du Parc National de Vatnajokull. Arrêtez-y donc pour goûter leurs délicieux fruits de mer!
  • Les deux glaciers les plus populaires : Jokulsarlon et Skaftafell. Jokulsarlon avec son paysage unique, une eau d’un bleu turquoise saisissant et ses habitants, les phoques qui se sont pointés le bout du nez à plusieurs reprises (à notre grande joie) lors de notre passage. Puis, le Parc National de Skaftafell, lieu de départ de nombreuses randonnées pour aller admirer les glaciers de plus près ou encore pour aller voir la chute Svartifoss.

Au Sud :

  • Le petit village de Vik et sa plage de sable noire, Reynisfjara. Dans le même secteur, la falaise de Dyrholaey est un bon endroit pour faire l’observation de macareux moines lors de la saison, c’est-à-dire de la fin d’avril jusqu’à la fin d’août. Tout près de là, vous pourrez également aller voir le site de l’écrasement du DC3 de la US Navy. (Nota Bene: Il s’agit d’une randonnée de 8km aller-retour). Voir également les petites maisonnettes avec de la tourbe sur le toit.
  • La jolie chute Skogafoss et ma préférée, celle de Seljalandsfoss avec son bel arc-en-ciel par journée ensoleillée. Il est même possible d’aller apprécier la vue derrière la chute! Un petit paradis!
  • Arrêt suggéré à Hella pour tous ceux désirant faire une randonnée pédestre dans les montagnes colorées du Landmannalaugar. Un 4X4 est nécessaire, mais sachez qu’un autobus fait également le chemin à partir d’Hella, plusieurs départs disponibles! (http://trex.is/). La randonnée pédestre que nous avons choisie a été l’ascension du Mont Blahnukur qui donne un excellent point de vu sur les montagnes colorées de son sommet. Après cet effort physique, allez dont profiter des bains chauds naturels de la place! 😉 Un incontournable!
  • J’ai planifié le fameux Blue Lagoon pour ma dernière journée en Islande et je ne l’ai aucunement regretté. Toujours agréable de terminer par un après-midi à relaxer dans ces bains chauds naturels. N’oubliez pas de réserver à l’avance, sinon l’accès aux bains pourrait vous être refusé!

Landmannalaugar (54)

Mon itinéraire :

À mettre dans ta boîte à trucs :

  • Bien que les Islandais semblent contents du nouvel engouement pour leur beau pays, ils ne sont pas encore prêts pour faire face au tourisme de masse selon les dires des habitants de l’île. Il faut donc être bien préparé lorsque l’on choisit cette destination. Le nom de certains attraits touristiques sur les pancartes routières est écrit en islandais et il n’est pas toujours évident de tout trouver dans un GPS, surtout les sites naturels, comme les chutes par exemple. Si vous n’avez pas fait vos propres recherches avant votre départ, vous pourriez louper des endroits super intéressants à voir!
  • Dans le même ordre d’idées, les indications routières peuvent parfois porter à confusion (vu sur la route :  <– Hofn | Hofn –> ). Il arrive que deux routes mènent au même endroit, une avec un beau chemin pavé et l’autre faite en gravel ou plutôt en grosses roches pointues parfaites pour faire une crevaison! 😉 À moins d’avoir un véhicule tout terrain, rester sur la route 1 est un choix plus sûr pour éviter toute embûche!
  • L’Islande est un pays où on marche beaucoup, attendez-vous à faire plusieurs kilomètres de randonnée à chaque jour.
  • La façon la plus économique de voyager dans ce pays où tout est cher est sans aucun doute 2016-08-08 22.39.23d’opter pour la location d’un camping-car. De cette façon, vous aurez à la fois votre hébergement, votre moyen de transport et vous pourrez vous faire vos propres repas. Voici la compagnie que j’ai choisie : https://www.goiceland.com/. Tout l’équipement est fourni : deux sacs de couchage, deux oreillers, la vaisselle, un poêle au butane, une glacière refroidissante, une table avec deux chaises, un contenant pour l’eau, le chauffage au diesel, un GPS et même le wifi! Un vrai château roulant! 😉
  • Si vous êtes comme moi et que vous aimez prendre un verre après une rude journée de marche, achetez vos boissons alcoolisées (surtout le vin!) au Duty Free avant de partir. Une fois rendu sur place, c’est beaucoup trop cher! Par contre, la bière vendue dans les dépanneurs ou dans les épiceries est tout de même à un prix raisonnable.
  • Apportez-vous une corde à linge pour sécher vos vêtements et une bâche pour la pluie, la température est souvent changeante sur l’île!
  • Matériel que j’ai apporté et qui m’a été très utile : un thermos pour avoir des lunchs chauds pour le dîner (une bonne soupe chaude, c’est tellement réconfortant par temps froid!) ou encore pour prendre son café sur la route, des sacs refermables ou des plats de plastique (1 ou 2 suffisent) pour mettre les restants c’est toujours pratique, une bouteille d’eau pour les longues journées de marche, un limonadier pour être en mesure de prendre l’apéro, une serviette en microfibre pour les douches (elles sèchent rapidement et sont légères à traîner), un loup (masque pour les yeux) pour éviter d’être réveiller aux petites heures du matin par le soleil de minuit et une lampe frontale est toujours un essentiel en camping.
  • Un sac de couchage chaud (préférablement allant jusqu’à -7 degrés celcius) et de bons vêtements chauds sont de mise…..parce qu’il fait «frette» et c’est venteux! La compagnie de location de camping-car offre des sacs de couchage, mais ils ne sont clairement pas assez chauds, j’étais bien contente d’avoir apporté le mien pour m’éviter de geler pendant les nuits plus froides et humides! Par contre, je sais que certaines compagnies en offrent de meilleure qualité, informez-vous.
  • Les endroits où il est possible de camper en Islande : Pas mal partout où il n’y a pas d’indications contraires. Donc, dans les haltes routières, bien que vous ne serez peut-être pas seul à votre réveil! 😉 Il y a également tout plein d’endroits plus éloignés de la route qui demeurent accessible en véhicule routier, une option très intéressante qui vous permettra de dormir dans un  lieu insolite et  de profiter d’un paysage unique autant en soirée qu’en matinée (prenez soin d’évitez les endroits trop venteux!). Il est toutefois interdit de camper directement en bordure de route, bien sûr! Les campings sont aussi de bons endroits quand ça fait plusieurs jours de camping sauvage que l’on fait et que l’on a besoin de prendre une bonne douche! 😉 (Nota Bene : Dans certains sites de camping la douche peut être payante!)
  • Pour être certain de pouvoir observer les jolis macareux moines de l’île, il est possible de Excursion aux macareux (56)réserver différentes excursions. Celles offertes près de Reykjavik sont plus touristiques et moins intéressantes selon moi. Alors, je tiens absolument à brancher la mienne parce que la visite est faite par un guide local, qui nous amène jusqu’à la falaise faire l’observation des macareux moines et d’autres espèces d’oiseaux à bord de son tracteur de ferme. Situé tout près du glacier de Skaftafell, je vous le suggère fortement si vous êtes de passage dans ce coin. En plus d’avoir eu la chance de voir les macareux de très près, il s’agit d’un site enchanteur avec des paysages extraordinaires! Voici le lien :   http://localguide.is/puffin-tours/puffin-tour/ .

 

Mon budget :

L’Islande est reconnue pour être un pays où tout est très dispendieux. Il vous faut donc essayer le plus possible de prévoir vos dépenses avant votre périple afin de ne pas avoir de mauvaises surprises à votre retour. Un voyage bien planifié permettra assurément de faire quelques économies.

Vik (1)1. Les hébergements:

Premièrement, les hébergements. Prenez soin de faire vos recherches au préalable sur internet. Sachez qu’en général une nuit dans une auberge jeunesse en chambre privée vous en coûtera dans les environs de 300$, en haute saison. Si vous êtes à l’aise de dormir dans les dortoirs, vous paierai beaucoup moins cher. Pour ma part, j’ai opté pour la location d’un camping-car. Selon l’opinion de plusieurs personnes et ayant moi-même fait les calculs, il s’agit d’une des façons les plus économiques de faire un «road trip» dans ce beau pays. De nombreuses compagnies existent, mais prenez le temps de bien magasiner, car certaines d’entre elles sont parfois plus onéreuses. En général, il vous en coûtera (en haute saison) environ 3500$ pour 10 jours.  Vous pouvez également dormir en tente, bien que ce sera sûrement plus frisquet. Si vous choisissez cette option, assurez-vous d’avoir le bon équipement pour faire face à la température changeante de l’Islande.

2. La nourriture:

Deuxièmement, la nourriture. Si vous voulez économiser des sous, je vous suggère fortement d’aller dans les épiceries pour préparer vos repas. Les supermarchés à bas prix BONUS sont de très bons endroits pour faire vos emplettes. Après tout, on peut aussi se préparer d’excellents repas même en camping! Nul besoin d’aller dépenser dans les restaurants qui sont totalement inabordables. Pour ma part, il m’en a coûté 184$ pour 10 jours, donc ce qui donne environ 18$ /personne/jour pour se nourrir (à 3 repas par jour), ce qui est très bien selon moi!

3. Les activités:

Troisièmement, les activités. Sachez que la plupart des activités à faire sont des sites qui seChûtes Godafoss (23) trouvent en plein air et ne vous coûteront rien. Que ce soit pour accéder aux différentes chutes, aux Parcs Nationaux,  aux glaciers, pas de soucis, tout est gratuit! Si vous désirez faire une excursion aux baleines ou aux macareux, faire une randonnée à dos de cheval islandais ou encore aller faire de la randonnée pédestre au Landmannalaugar, prévoyez un budget d’environ 100$ par excursion/personne.

4. Les déplacements:

Quatrièmement, les déplacements. Il s’agit d’un choix bien personnel ici, mais si vous choisissez la location d’un camping-car, vous pourrez vous déplacer aisément sans problème, mis à part sur les routes qui nécessitent un tout terrain. Vous pouvez aussi décider de faire la location d’un véhicule routier, 4X4 ou non, tout dépendant de votre itinéraire et de vos besoins. N’oubliez pas de choisir de bonnes assurances, il arrive souvent que l’on doive emprunter des routes non-pavées pour se rendre sur certains sites, alors prévoyez prendre l’assurance complète (Premium Insurance Package), incluant l’assurance gravel. Pour ce qui est du coût de l’essence, le prix que nous avons déboursé après avoir fait 2800 km de route est de 286$ (pour de l’essence diesel). Un autre choix possible pour se déplacer et qui fonctionne extrêmement bien est celui de l’auto-stop. Pour ce qui est des transports en commun, je sais qu’il existe un réseau d’autobus disponible dans le pays et qui déssert les villes et les villages le long de la route 1.

Voici quelques compagnies faisant la location de camping-car :

https://www.goiceland.com/  (la compagnie que j’ai choisie)

http://www.kukucampers.fr/ 13872943_239844783081515_9216543033898727115_n

https://www.campeasy.is/fr

http://www.gocampers.is/

https://www.happycampers.is/

http://www.campervaniceland.com/

http://www.campingcarislande.fr/

 

Finalement, l’Islande est une des rares destinations qui m’a fait vivre ce sentiment de bout du monde. Difficile de ne pas rester subjugué par la richesse de ses paysages et la nature encore sauvage de ce peuple empreint de liberté.

Lac de Myvatn (89)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s