Le Maroc…Au pays du soleil couchant

Terre désertique du peuple berbère, le Maroc intrigue de plus en plus de voyageurs  en quête de nouveauté. Ce pays du Maghreb et de l’Afrique du Nord ébranle et fascine à la fois. Dans certaines régions plus éloignées, les conditions de vie sont encore très rudimentaires et c’est carrément un retour en arrière que de voir calèches, ânes et charrettes circuler dans les rues des petits villages, mais également dans les artères des grandes villes. Tellement loin de nos repères habituels, une adaptation est nécessaire en début de voyage.

69747090_916334358765884_5197606534984499200_n.jpg

Un portrait plus réaliste du Maroc:

Le Maroc est une destination remplie de paysages magnifiques et de monuments tout aussi grandioses les uns que les autres. C’est ce qui m’a particulièrement plu de cet endroit. Par contre, c’est aussi un pays qui peut être très déstabilisant, de par sa pauvreté, sa culture très différente, sa religion et ses coutumes. J’y ai vécu un gros choc culturel lors de mon séjour. Certains aspects m’ont impressionnée, d’autres m’ont déconcertée ou encore attristée.

Beaucoup de dossiers doivent être améliorés dans ce pays où il y a encore énormément d’inégalités sociales, de corruption et d’impunité. Les condition de vie sont pénibles, sans oublier le système de justice, de santé et l’économie du pays qui sont également « au neutre ».

Dans cette section, je tenais à vous faire part de la réalité du pays, de ce que j’ai vu et ressenti dans ce voyage, et ce, sans censures. Cela pourra peut-être vous paraître  négatif, voir cliché, mais il s’agit ici de ma propre opinion et de la réflexion que j’ai faite suite à mon périple, aux rencontres que j’ai faites là-bas et aux débats entendus dans les médias sur divers sujets chauds préoccupant les gens du pays actuellement.

Ceci étant dit, il s’agit d’une destination où il faut avoir une bonne ouverture d’esprit, essayer de comprendre et laisser ses préjugés de côté.

69431799_912190199180300_8218754082236530688_n

Une rencontre merveilleuse, à Chefchaouen.

Vivre dans l’adversité de la pollution

Ma première impression du Maroc fût plutôt désolante, car elle se résume à un pays soumis à une très forte pollution et les impacts sont visibles partout dans le pays. Il y a des déchets qui jonchent le sol partout: dans les villes et les villages, dans les rues ou sur les routes, dans les champs, dans les arbres, dans les plans d’eau…partout! De plus, la qualité de l’air est très mauvaise dû au trafic automomobile et à l’industrialisation des grandes villes et c’est la santé de la population qui en souffre. Malheureusement, la dégradation de l’environnement ne semble pas être un enjeu prioritaire pour le moment. L’eau n’y est pas potable et la gestion des déchets est également défaillante. Encore aujourd’hui, il est extrêmement difficile de trouver des poubelles mises à la disposition des citoyens dans les lieux publiques. Balancer ses déchets par terre ou par la fenêtre de la voiture est pratique courante ici. Nous en avons été témoin à maintes reprises. Il est même arrivé que le passager de l’automobile qui roulait devant nous jette une bouteille de vitre par la fenêtre et que celle-ci se fracasse sur la chaussée, devant notre véhicule. Une situation plutôt frustrante à voir en 2019 quand la protection de l’environnement est un sujet d’actualité.

 

70590329_318184138999515_8445713859397812224_n.jpg

La pauvreté au Maroc, un défi de tous les jours pour certains

Bien que le Maroc soit considéré comme le pays le plus développé du continent Africain et que le taux de pauvreté ait considérablement diminué depuis quelques années, la population reste vulnérable, surtout dans les milieux ruraux. Certaines personnes vivent encore comme des nomades et changent constamment de « lieu de résidence » (campement). D’autres personnes habitent dans des bidonvilles, se déplacent à dos d’âne ou à l’aide d’une charette et la pratique de l’agriculture se fait encore à l’ancienne. De plus, ce n’est pas tous les enfants qui ont la chance d’aller à l’école, ceux-ci reprennent donc souvent l’entreprise familiale (ferme, commerce, etc.) et apprenent le travail « sur le tas ».

La nouvelle génération aspire à vivre un jour la laïcité et la liberté dans leur pays d’origine, un rêve qu’ils chérissent, mais qui semble innaccessible pour eux maintenant. La vision de leur pays ne rejoignant plus tous les jeunes, c’est 4 marocains sur 10 qui affirment être prêts à quitter le pays et à s’installer à l’étranger si l’opportunité se présente à eux… une triste réalité.

Quand la religion prend toute la place

Impossible de passer la religion musulmane sous le silence, car elle est très présente dans ce pays. L’appel à la prière nous le rappelle cinq fois par jour. Les mosquées sont nombreuses et très belles… Souvent beaucoup plus jolies, plus modernes et mieux construites que les habitations de fortune dans lesquelles vivent les marocains.

Les femmes invisibles

Nul besoin d’observer bien longtemps, on voit tout de suite que la place de l’homme est plus importante que celle de la femme, et ce, juste avec le non-verbal. Difficile pour moi d’accepter cette réalité où la femme est complètement soumise et ne peut répondre à une simple question, gardant le silence et regardant sans cesse son mari pour avoir son approbation. Le voile, c’est une chose mais quand la femme devient carrément invisible, c’est pour moi une situation intolérable qui va totalement à l’encontre de mes valeurs personnelles. Bref, cet aspect fût un gros « clash culturel » pour moi.

Le tourisme

Le pays ne semble pas tout à fait prêt à faire face à l’industrie du tourisme, qui est pourtant grandissante. Plusieurs problèmes persistent, tels que: l’adaptation des infrastructures, le mode de paiement non-modernisé (paiement en argent comptant seulement), le manque d’organisation dans la société en général, l’acceptation et l’ouverture de recevoir des touristes internationaux, etc. Le Maroc est très conscient qu’il doit trouver son propre modèle de fonctionnement de manière à favoriser le tourisme local, mais aussi étranger. Pour l’instant, le gouvernement fait la sourde oreille et le manque de financement et de modernité pour répondre aux besoins de la clientèle n’est pas au rendez-vous. Le Maroc doit revoir ses stratégies de développement pour améliorer l’industrie du tourisme et il sait également qu’il doit être en mesure de proposer une immersion expériencielle positive aux touristes afin de leur laisser une bonne image du pays et de leur donner le goût de revenir.

Malheureusement, ce pays a pris de mauvaises décisions dans le passé et de grosses sommes d’argent ont été investies dans des stations balnéaires qui sont devenues des « stations fantômes » aujourd’hui, le concept n’étant pas adapté à la clientèle visée. D’autres investissements ont été faits dans des golfs qui ont été aménagés dans des endroits où il fait -5 degrés celcius, un aspect qui n’a rien pour attirer pour la clientèle. Bien qu’il y ait un manque flagrant d’organisation et de réflexion dans ce domaine présentement, le potentiel de ce pays reste immense.

La sécurité

Les avis sont partagés quant à la sécurité au Maroc. Personnellement, je crois qu’il s’agit d’une destination où la vigilance est de mise. Il est fortement recommandé de faire preuve d’une grande prudence lors de vos déplacements et d’éviter de vous retrouver dans des zones plus isolés, moins touristiques. Il est aussi préférable d’être accompagné d’un guide lors de vos excursions en montagne. Finalement, ce n’est pas un pays que je conseillerais à une femme qui désire voyager seule. Le fait d’être accompagné est toujours plus sécuritaire et rassurant.

Avoir plus d’un tour dans son sac:

En général, les marocains ont toujours été gentils envers moi. J’ai tout de même dénoté une différence entre les hôtes qui nous ont hébergés et le reste de la population. Les gens des riad sont extraordinairement accueillants et serviables. Mais comme partout ailleurs, il y a des gens plus malicieux, des fins renards comme on dit! Au Maroc, on entend souvent parler d’escroqueries, d’arnaques, de rabatteurs et c’est bien réel, car les victimes sont nombreuses. Facile de se faire prendre au jeu, certains savent être très subtiles et ont plus d’un tour dans leur sac! De toute façon, les touristes sont faciles à reconnaître et ils savent bien que si on peut se permettre de voyager dans leur pays, c’est que nous avons de l’argent. Portez une attention particulière à ces situations que nous avons vécues fréquemment lors de notre voyage.

Le marchandage dans les souks

D’abord, il faut savoir que le marchandage est encore très actuel au Maroc (on pratique même encore le troc à Ouarzazate!) et il n’y a aucun prix d’affiché en boutique. Vous pourrez faire baisser le prix de moitié de tout article ou souvenir que vous magasinerez dans les souks.  Les marchants sont ratoureux et peuvent aussi être très insistants. Il faut apprendre à dire non tout simplement lorsque l’on n’est pas intéressé… et malgré cela, il est fort probable qu’ils continueront de vous interpeller et qu’ils persisteront à essayer de vous vendre leurs trucs. C’est constamment de la vente sous pression, une situation qui peut devenir irritante et épuisante à la fin de la journée.

69069661_909923626073624_903656712441954304_n

Souks à Marrakech.

 

Les taxis sans compteurs

Il en est de même si vous désirez prendre un taxi pour vous déplacer en ville, il est vraiment important de vous informer auprès de votre hébergement du prix approximatif, de manière à être en mesure de négocier avec le chauffeur qui pourrait vous charger beaucoup plus cher si vous ne vous êtes pas renseigné au préalable. Plusieurs taxis n’ont pas de compteur ou ils en ont un, mais ne l’utilisent pas et ils fixent leur propre prix. Informez-vous auprès du chauffeur avant d’embarquer et privilégiez les voitures qui possèdent un compteur ou exigez que le chauffeur utilise le sien (s’il en possède un) lors de votre trajet.

Les parking gratuits… payants

En voyage, on ne veut pas s’attirer d’ennuis alors on paie. On paie même quand c’est gratuit! Il est arrivé à plusieurs reprises que l’on nous demande de payer un stationnement qui était, en fait, gratuit. Un homme se place à l’entrée et demande de l’argent en retour du stationnement qu’il vous a attribué. Pourtant, il n’y a aucune indication nulle part qui annonce que ce stationnement est payant. Il nous demande de donner le montant que nous désirons et il met ensuite l’argent dans ses poches… On a même eu l’audace de nous demander de payer à nouveau à la sortie, ce que nous avons refusé de faire bien sûr! Par contre pour les locaux, c’est bel et bien gratuit! Un beau petit « sideline » non-déclaré!

Les faux-guides

Des guides improvisés, il y en a beaucoup et pratiquement dans toutes les villes touristiques. Ce sont des personnes qui se placent dans des lieux connus de la ville et qui se présentent à vous d’une manière bien amicale. Ils amorcent la discussion et vous suivent en vous donnant des informations sur l’endroit où vous vous trouvez. Ils peuvent aussi vous guider dans la ville. Une fois la discussion terminée, ils ne se gênent pas pour vous demander de l’argent en retour du service qu’ils vous ont rendu… mais que vous n’avez jamais demandé en fait! De plus, certains guides n’hésitent pas à vous redemander plus d’argent même si vous leur avez déjà donné un bon montant. Il ne faut pas céder.

Mon ressenti:

Personnellement, je continue de croire que sois tu aimes le Maroc, sois tu ne l’aimes pas… Je crois aussi que la façon choisie pour vadrouiller le pays et le temps que l’on désire y consacrer pèse dans la balance pour se faire sa propre opinion. Partir en voyage organisé ou avec un guide et partir explorer le pays par soi-même, de façon autonome n’est pas du tout la même chose.

Dans le même ordre d’idées, partir seulement une semaine ou partir deux semaines ou plus peut aussi faire une différence sur nos impressions personnelles. Pour l’instant, je reste avec un goût un peu amère dû aux nombreux irritants que j’ai vécus lors de mon périple. Est-ce que je crois que cette perception peut changer au fil du temps? Avec le recul, possiblement.

Les transports:

La conduite automobile

La conduite automobile au Maroc est plutôt chaotique dans certaines villes, surtout à Marrakech où il ne semble pas y avoir de code routier et où les autos, les mobilettes, les vélos, les charettes, les ânes et les piétons se côtoient sur la même chaussée. Perso, je n’aurais jamais conduit une voiture dans cette ville. Nous avons donc décidé de prendre le train jusqu’à Casablanca et de faire la location du véhicule là-bas.

La location d’auto

La location d’auto est une option envisageable et intéressante pour le voyageur aguerri. Le meilleur conseil à partager est sans aucun doute d’adapter sa conduite à celle des locaux et de faire sa place.

En effet, la location d’auto procure une belle liberté de déplacement et permet de voir le pays plus en profondeur (en passant par les petits villages). Si l’on désire sortir un peu des grandes villes, il faut s’attendre à des routes sinueuses à travers les montagnes. Par contre, tout au long de mon itinéraire dans le pays, les routes que j’ai empruntées étaient pavées. Avec de telles routes, il ne faut pas se fier au nombre de kilomètres à faire, car il vous en prendra le double, parfois le triple du temps pour vous rendre à votre destination finale. Cela vous permettra d’en prendre plein la vue et de profiter amplement des jolis paysages!

Lors de votre location d’auto, la compagnie exigera un dépôt de garantie. C’est pratique courante au Maroc. Ce montant peut paraître un peu salé (1500$), mais on vous le remboursera sans problème lorsque vous rapporterez le véhicule (celui-ci doit être en bonne condition bien sûr!). Une location d’auto peut coûter environ 30$/jour si vous faites votre réservation à l’avance (un jour suffit). Si vous attendez et vous réservez le jour même, le prix pourrait être doublé.

Les barrages routiers

Un autre aspect à connaître lorsque l’on voyage dans ce pays en automobile, c’est que vous rencontrerez tout au long de votre road-trip des contrôles policiers à l’entrée ou à la sortie des villes et des villages. Une limite de vitesse est imposée et il est très important de la respecter. On arrête seulement si le policier l’exige. En règle générale (si vous avez respecté la limite de vitesse), ce dernier vous laissera passer. Sinon, il fera simplement une vérification de vos papiers et vous pourrez poursuivre votre route.

controle_routier_maroc_210216.jpg.png

Les transports en commun

Les transports en commun sont bien développés au Maroc et sont vraiment abordables. Une option envisageable pour les personnes qui ne souhaitent pas nécessairement faire la location d’une auto.

Le train

Les grandes villes du Nord du Maroc sont très bien désservies par les lignes ferroviaires. Il est très facile de relier Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger et Fès en utilisant le train. Par contre, pensez à demander à être dans une cabine en première classe, ça vaut vraiment la peine et ce n’est pas exagéré comme différence de prix. Vous aurez une cabine climatisée et plus d’espace pour ranger vos bagages. Il est possible de voir les différents itinéraires et de réserver vos billets directement sur ce site ou de les acheter à la gare le jour même de votre départ:  https://www.oncf.ma/fr/.

L’autobus

Pour ce qui est des liaisons en autobus, il faut vraiment choisir les bonnes compagnies. Supratours et CTM sont des compagnies fiables et elles offrent beaucoup d’options pour se promener partout dans le pays. Pour ce qui est de la compagnie Supratours, leurs bureaux se situent directement dans les gares centrales des villes, donc elles sont plus facile à repérer. Par contre, il faut savoir que pour la compagnie CTM, leurs bureaux sont indépendants et ne se trouvent pas toujours dans les gares centrales, il faut donc bien s’informer au préalable pour se rendre au bon endroit.

Les taxis

Au Maroc, il existe un fonctionnement bien particulier pour le service de taxi. En effet, il y a deux catégories différentes de taxis, soit les grands taxis et les petits taxis.

Grands taxis

D’abors, les grands taxis s’occupent des longs trajets, en dehors de la ville et ils peuvent embarquer à bord 6 personnes. Si le taxi est presque plein, vous avez de la chance, vous partirez bientôt. S’il est vide, il faudra attendre qu’il se remplisse, à moins que vous ne décidiez de prendre le taxi rien que pour vous en payant les 6 places. Ils ne possèdent pas de compteur et fonctionnent selon un prix fixe. Informez-vous adéquatement du prix approximatif de votre trajet auprès des gens de votre hébergement avant de partir pour avoir le juste prix.

70164721_1305234246317600_2128874585498583040_n

Grand Taxi à Marrakech.

Petits taxis

Puis, il y a aussi les petits taxis qui font les petites courses au centre-ville et qui peuvent embarquer maximum 3 personnes. Les taxis doivent être pris dans leur station respective, indiquée en bordure de la route ou encore en leur faisant signe de la main. Chaque ville fonctionne de cette façon à la simple différence que les taxis changent de couleur (jaune à Marrakech, rouge à Casablanca, bleu à Rabat, etc). Ceux-ci sont supposés être munis d’un compteur. Exigez que le chauffeur l’utilise.

70626781_451068548834104_8869283413870247936_n

Petit Taxi à Marrakech.

Les hébergements :

L’accueil dans les riads est toujours exceptionnelle! Les gens sont chaleureux, souriants et toujours prêts à vous aider. On vous servira le thé à la menthe dès votre arrivée pour ensuite vous montrer votre chambre pour la durée de votre séjour. Le déjeuner est excellent et souvent inclus, ce qui est très intéressant lorsque l’on voyage sur un budget plus limité. Certains riads ont souvent une petite piscine dans la cour intérieure, une option à prendre en considération et qui permet de se rafraîchir un peu après une journée chaude de visites. Les riads ont été pour moi de vrais petits havres de paix après de longues journées passées dans l’agitation de la ville. Une taxe de touriste vous sera chargée à chaque endroit où vous passerez la nuit (environ 2$/pers/nuit).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cuisine marocaine:

La cuisine marocaine est tout simplement succulente! D’inspirations berbère, plusieurs plats typiques méritent d’être dégustés. Les spécialités sont nombreuses et font partie intégrante de l’identité culturelle et culinaire du pays. Dans la catégorie « à goûter absolument » se trouve la fameuse tajine (à l’agneau et aux pruneaux, au boeuf et aux légumes ou encore au poulet, olives et citrons confits), le couscous, le pain berbère, la pastilla, le kefta, les olives et le poisson et les fruits de mer dans les villes de la côte Atlantique. Pour le petit déjeuner, il faut absolument essayer le jus d’orange fraîchement pressé (un pur délice!), le thé à la menthe, les crêpes, le miel et le yogourt aux noix.

69208558_909924009406919_3130353705002467328_n

Délicieux ce tajine au boeuf et oignons caramélisés!

Mon itinéraire sur la route des épices:

Marrakech :

Dès notre arrivée, Marrakech donnait déjà le ton à ce voyage au Maroc. Il s’agit d’une grande ville très touristique qui possède une jolie médina et où on trouve beaucoup de souks et de vendeurs d’artisanat. C’est l’endroit parfait pour peaufiner ses techniques de négociation…et pour apprendre à dire non! 😉

Mes hébergements:

Riad Clefs d’Orient
Riad Charme d’Orient

Mes bons restos:

• Restaurant Nomad (pas d’alcool)
• Restaurant Terrasse des épices (avec alcool)

*** Pensez à réserver en ligne!

Pour prendre un verre:

• La Terrasse du Café de France (superbe vue sur la Place Jemmal El Fna, sans alcool)
Sky Bar (près de la grande place, avec alcool)

Mes must:

  • Se promener dans la médina et marchander dans les souks.
  • Voir la Place Jemmal El Fna de jour, mais aussi en soirée… une toute autre ambiance!
  • Voir les Tombeaux Saadiens (coût: 10$/pers).
  • Visiter le Palais de Bahia  (coût: 10$/pers).
  • Prendre une pause dans le Jardin Majorelle  (coût: 10$/pers).
  • Voir la Mosquée Koutoubia (voir l’extérieur, car l’entrée est interdite).
  • Faire une excursion pour aller voir la Cascade d’Ouzoud…et les singes (informez-vous auprès de votre hébergment de Marrakech qui pourra réserver cette excursion pour vous, coût: 35$/pers).

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Casablanca:

Casablanca ou Casa pour les intimes fût pour moi un beau coup de coeur de ce périple. C’est l’endroit où j’ai reçu l’accueil le plus chaleureux, les gens me saluant constamment et me souhaitant la bienvenue avec le grand sourire aux lèvres (sans rien demander en retour). La visite de la Mosquée Hassan II fût aussi un moment fort, car il s’agit de la seule mosquée du pays où les non-musulmans peuvent entrer à l’intérieur. La visite guidée m’a permis d’en apprendre davantage sur cette religion et sur ce lieu de culte.

Mon hébergement :

Ibis Casa-Voyageurs

Mes must:

• Visiter la Mosquée Hassan II (voir l’intérieur absolument, coût:18$/pers).
• Marcher sur la Corniche Ain Diad, en bord de mer.
• Visiter le Quartier des Habous.

Un bon resto:

Restaurant La Sqala

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rabat:

Une journée de visite dans la Capitale du pays est suffisante pour voir les incontournables.

Mon hébergement :

Ibis Rabat Agdal

Mes must:

• Voir la Tour Hassan et Mausolée de Mohammed V.
• Se balader dans la Kasbah des Oudayas (bel endroit pour regarder le soleil se coucher).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Chefchaouen :

Quel magnifique petit village! J’ai adoré mon séjour à Chefchaouen! Il s’agit assurément de mon endroit favori de ce voyage. Aussi apellée « la ville bleue », j’ai été immédiatement charmée juste à me balader dans les petites ruelles étroites joliement décorées et dont les maisons sont toutes teintes en bleu et blanc. Un endroit où les rencontres sont toujours agréables et où les gens sont sympathiques et accueillants.

Mes hébergements :

La Petite Chefchaouen

Hôtel Parador

Mes must:

• Visiter la ville à pied,  plusieurs endroits sont vraiment incroyables pour prendre de jolies photos.
• Faire une randonnée pédestre jusqu’à la mosquée qui donne un beau point de vue sur le village.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fès :

Deuxième plus grande ville du pays, Fès possède la plus ancienne médina du Maroc et est une ville commerçante florissante encore aujourd’hui. Reconnue pour son artisanat de qualité, on y trouve une grande variété de produits faits entièrement à la main, dont la fameuse maroquinerie et bien d’autres articles (cuir, laine, poterie, tapis, ferblanterie, etc.). Une ville où une journée est suffisante pour se faire une bonne idée compte tenu de la forte odeur que dégagent les tanneries du coin.

Mes must:

• Visiter la Tannerie Chouara, la plus ancienne du pays (à voir depuis la terrasse et directement en-bas sur les bassins). N’oubliez pas de vous prendre un bouquet de feuilles de menthe à l’entrée! 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merzouga:

Un autre coup de coeur de mon voyage au Maroc fût cette expédition à dos de dromadaire dans le désert du Sahara. Cette nuit de glamping passée dans un campement deluxe avec le peuple berbère, leur nourriture exquise et leur musique traditionnelle restera toujours pour moi un souvenir précieux. Je n’ai jamais vu de sable aussi doré et de ciel aussi étoilé… une expérience extraordinaire que l’on doit vivre une fois dans sa vie.

Mon hébergement :

Sahara Majestic Luxury Camp

Mes must:

• Faire une randonnée à dos de dromadaire pour se rendre au campement.
• Observer le coucher du soleil depuis les dunes.
• Admirer les étoiles (et la voie lactée si vous êtes chanceux comme moi!) et profiter du spectacle de musique traditionnelle des berbères autour du feu en soirée.
• Pour les lève-tôt, voir le lever de soleil le lendemain matin.
• Retour à Merzouga en 4X4 dans les dunes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ouarzazate:

Ouarzazate est un passage obligé lors d’un road-trip au Maroc. On y transite pour passer de Marrakech jusqu’à Merzouga ou bien vice-versa. C’est également un beau point de chute pour aller randonner dans les Haut-Atlas.

Mes hébergements:

Dar Chamaa
Dar Farhana

Mes must:

* Sur la route entre Merzouga et Ouarzazate, il y a plusieurs sites naturels à voir, dont…

  • Les Gorges du Todra.
  • La Palmeraie de Tinghir.
  • Les Gorges du Dadès.
  • La Vallée des Roses (avec pas de roses en basse-saison, alors ça ne vaut pas vraiment le détour si vous y êtes pendant cette période de l’année).

* À Ouarzazate:

  • Visiter le Ksar d’Ait Ben Haddou, un exemple frappant de l’architecture du sud marocain.
  • Pour les cinéphiles, il est possible de visiter les Studios Atlas, lieu de tournage de plusieurs films célèbres, comme Momie, Gladiateur, Game of Thrône, etc.

* Sur la route entre Ouarzazate et Marrakech, ne pas manquer…

  • Le Col de Tizi N’Tichka (superbe point de vue sur la route en serpentin en contre-bas).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Agadir :

Marrakech, Arnakech….Agadir, Rien à dire!

Ce dicton, nous l’avons entendu à maintes reprises de la part des locaux habitant à Agadir… et je dois avouer que même si cela m’a beaucoup faire rire au début, il est bien vrai! En arrivant à Agadir, on se sent bien immédiatement. Cette ville située en bordure de l’océan Atlantique a des airs européens. Il s’agit de la station balnéaire par excellence des locaux comme des touristes étrangers qui semblent bien s’y plaire. On y vient pour profiter de la plage, pour relaxer, pour déconnecter et pour refaire le plein.

 

Mon hébergement :

Atlantic Hôtel Agadir

Mes must:

• Profiter de la plage (petit conseil pour les filles: porter un maillot une pièce, vous attirerez moins les regards).
• Kasbah Oufella (superbe point de vue sur la ville et sur la plage) Attention! Les automobilistes ne peuvent monter jusqu’à la Kasbah avec leur véhicule. Par contre, le stationnement est gratuit et un service de navette en autobus est offert à un prix modique (1$/pers pour faire l’aller-retour).
• Voir la Marina et le Marché aux poissons.
• Magasiner au Souk El Had.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Essaouira:

Petit ville portuaire et dont les fortifications de l’ancienne médina ont été très bien conservées au fil du temps, on trouve à Essaouira un joli port de pêche, un marché de poissons très traditionnel, mais aussi une belle plage où locaux et touristes viennent en quête de tranquilité.

Mon hébergement :

Hôtel Côté Océan Mogador

Mes must:

  • Voir le Port et le marché aux poissons traditionnel.
  • Visiter la vieille médina et ses souks. Admirer la vue depuis les remparts.
  • Relaxer à la plage… Pour les plus sportifs, il est aussi possible d’expérimenter le surf.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques trucs à mettre dans ta boîte à trucs :

  • Retirez-vous beaucoup de dirahm marocain, presque tout doit être payé en argent comptant et ça peut arriver que les guichets automatiques ne fonctionnent pas dans certaines villes (ex: à Merzouga).
  • La conduite automobile est assez chaotique, mais après une ou deux journées, on s’habitue. Il faut simplement prendre sa place et faire comme les locaux.
  • À chaque entrée ou sortie de ville/village, il y a souvent des contrôles policiers, il est important de respecter les limites.
  • Certains marocains ne semblent pas apprécier se faire prendre en photo, pensez à leur demander la permission avant de prendre vos clichés.
  • Achetez-vous une carte SIM pour la durée de votre séjour (certaines compagnies les donnent gratuitement à l’aéroport et vous chargent un montant pour l’activation). Les forfaits sont vraiment abordables et cela ne vous engage à rien. Vous aurez accès à internet partout dans le pays et cela vous aidera à vous orienter pendant votre road trip. La compagnie que j’ai choisie et la moins coûteuse se nomme Maroc Telecom.
  • Pensez à toujours négocier… Les souvenirs, les taxis, certains hôtels…Tout!
  • Prévoir une journée additionnelle à votre voyage au cas où il y aurait une tempête de sable dans le désert, ça peut arriver! (fait vécu) 😉
  • Goûtez aux salades, aux tajines et aux couscous. Vu qu’il est assez difficile de trouver des épiceries et que les restaurants sont abordables et les plats délicieux, c’est le moment idéal pour en profiter, alors gâtez-vous!
  • Il est très difficile de trouver de l’alcool au Maroc… Perso, j’en ai acheté au préalable et je l’ai apporté dans mes bagages. 😉
  • À Marrakech, restez vigilant! Le petit singe dans la grande place… c’est un voleur! 😲
69624151_914589105607076_7873839075604561920_n

Tempête de sable à notre arrivée à Merzouga.

 

Alors, est-ce que l’envie de revenir au Maroc se fera un jour sentir? C’est possible, seul le destin saura bien me le dire… 😉 Comme on le dit si bien au Maroc…

InshAllah! (Si Dieu le veut!)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s